SILAB
Langue :
Français
Partie privée : S'identifier

Softcare

Dermatite atopique

La résilience des peaux atopiques

AD-RESYL® est un principe actif naturel purifié, spécifiquement développé pour prévenir les signes cliniques de la dermatite atopique et prolonger les périodes de rémission, en relais des corticothérapies.

Mis en évidence par des modélisations in vitro et in vivo inédites, AD-RESYL® rétablit l’homéostasie des peaux atopiques, en ciblant leurs quatre principales anomalies :

  • la barrière cutanée est renforcée ;
  • l’hydratation est améliorée ;
  • la réponse inflammatoire est inactivée ;
  • le microbiote cutané est rééquilibré.

Son efficacité clinique est démontrée sous contrôle dermatologique sur deux cohortes de volontaires, enfants et adultes, d’origine caucasienne et asiatique, atteints de la pathologie. Le SCORAD et le taux de rechute sont significativement réduits. Le soin apporte apaisement, hydratation et confort. La qualité de vie des patients et de leur entourage est fortement améliorée.

Riche en fructosanes d’Ophiopogon japonicus, cet actif est parfaitement toléré par les peaux atopiques de l’enfant et de l’adulte, caucasien et asiatique.

A propos de la dermatite atopique

Prurit, rougeurs, sécheresse cutanée et lésions eczémateuses sont autant de symptômes de la dermatite atopique. Cette maladie inflammatoire et chronique est caractérisée par une alternance de périodes de crises et d’accalmies. En période de crise, les patients présentent des plaques rouges et sèches. Ces désagréments esthétiques s’accompagnent d’intenses démangeaisons qui ont un fort impact sur la qualité de vie des patients mais aussi sur celle de leur entourage.

Affectant aujourd’hui 15 à 20% des enfants et 1 à 3% des adultes, des études épidémiologiques montrent que cette pathologie est un problème émergent de santé public, en progression dans les pays en voie de développement tout en restant stable dans les pays industrialisés.

Un intérêt croissant est alors porté à l’identification des facteurs de risque et des éléments permettant la prévention de cette maladie. Des études récentes ont révélé l’importance de la composante génétique et des facteurs environnementaux. Parmi ces facteurs, on peut notamment citer la pollution, l’alimentation, la prise d’antibiotiques, l’excès d’hygiène ou encore un mode de vie « trop aseptisé » au cours des premiers mois de la vie.